Le Bio, cette aberration

Un titre un peu provocateur, histoire de vous inciter à vous poser quelques questions lorsque vous faites vos courses, même lorsque vous achetez "bio".

 

Le site Challenges a publié le 9 novembre dernier un article concernant l’accroissement du secteur "bio". L’occasion de discuter de ces produits que l’on trouve un peu partout aujourd’hui dans nos rayons.

 

Quand trop de choix, tue le choix !

 

L’article du site Challenges nous explique que depuis l’explosion de ce secteur ces dernières années, le consommateur doit faire face à un choix incommensurable de magasins et de produits "bio" : rayons bio de grandes surfaces, enseignes spécialisées, coopératives (à noter que l’article se base sur le cas de la France métropolitaine. A la Réunion, les enseignes spécialisées débarquent à peine dans l’île). De plus en plus difficile donc de savoir vers quel magasin ou vers quel produit se tourner.

 

Pourquoi parler d’aberration du "bio" ?

 

Parce qu’il ne faut pas se leurrer : le secteur du "bio", avec ses produits hyper "markétés", hyper "healthy" et autres, est devenu un véritable business. Ainsi, dans certains produits qu’on estampille "sans gluten", on peut également y trouver des amidons et des additifs qui seraient à l’origine de maladies auto-immunes, de diabète ou d’allergies. Dans les paquets de mélange de graines et de fruits secs, certains ingrédients du paquet proviennent de pays situés hors de l'Union Européenne et peuvent contenir des traces de pesticides, alors qu’ils sont vendus dans des enseignes dites "bio". Enfin, il y a quelques jours, en voulant acheter un paquet de biscuits au rayon bio d’un magasin, sur environ huit produits différents, seul un paquet de biscuits ne contenait pas de graisse de palme. Si certaines enseignes "bio" justifie leur utilisation en parlant de bienfaits pour la santé si elle est consommée avec modération, ou que les graisses de palme dites « bio » n’ont rien à voir avec le désastre écologique mis en évidence depuis plusieurs années déjà, car provenant d’une agriculture raisonnée, le consommateur n’aura jamais vraiment le moyen de vérifier. Et on ne parlera pas bien sûr des emballages !

 

Alors comment s’y retrouver ?

 

- La première étape : faire la distinction entre ce qu’on appelle un produit "bio" de façon parfois "abusive" et un produit labellisé "Agriculture Biologique". Crée en 1985, le label Agriculture biologique (ou label AB) est un label français, défini par le ministère français de l’agriculture. Ce label est promu par l'Agence française pour le développement et la promotion de l'agriculture biologique. Son logo vert et blanc est apposé sur l'emballage des produits qui répondent au cahier des charges de ce label. Cette indication garantit donc (a priori) que l'aliment est composé d’au moins 95 % d’ingrédients sont issus d’un mode de production biologique, avec des pratiques agronomiques et d’élevage respectueuses de l’environnement et du bien-être de l’animal.

- La seconde étape : lire les étiquettes. Parce que malgré tout, certains produits (notamment les produits transformés) peuvent contenir des quantités plus importantes de sucres, de graisses, d’additifs qui peuvent, sur le long terme, avoir des conséquences négatives sur la santé.

- La troisième étape : privilégier les circuits courts. Rencontrer le producteur ou l’éleveur, connaître la transformation du produit, son trajet avant notre assiette, sera toujours un meilleur gage de qualité que de choisir un produit au hasard dans un rayon de supermarché.

 

Un peu de littérature pour finir : "Ouvrez l'œil avant d'ouvrir la bouche"

 

C’est le coup de gueule de l’auteure et nutritionniste Béatrice Reynal, qui se base sur des travaux scientifiques récents afin de dénoncer le marketing des produits, provoquant une certaine opacité des aliments du marché (que ce soit en termes de contenant où de process de fabrication). Ce bouquin, publié en 2016, permet également de se poser les bonnes questions avant d'acheter et de consommer un produit.

 

Voilà de quoi réussir à s’y retrouver au milieu de tous les produits bio du marché…Ou pas ?

 

Références :

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0